Limites d'exposition

Au début des années 90, de nombreux pays ainsi qu'une organisation internationale, l'IEEE, avaient adopté des normes de protection de la santé contre les champs RF.Cette nouvelle génération de standard est basée sur une recherche substantielle à partir d'expériences sur des animaux et des cellules. De façon générale, les standards ont été établis selon le DAS moyen pour le corps. Le DAS local de certains tissus a été très peu utilisé. L'utilisation du DAS a permis d'établir des données expérimentales pour différents animaux pour différentes fréquences et d'extrapoler pour l'exposition humaine. L’IEEE s’est basé sur ces expériences réalisées sur des animaux pour établir ses normes. Des effets biologiques nocifs ont été observés lorsque le DAS dépassait 4 W/kg et il a été décidé qu’un coefficient de sécurité de 50 serait utilisé pour la population en général. Le standard établi limite donc l’exposition dans la population en général à 0,08 W/kg par gramme de tissu, réparti sur l’ensemble du corps, pendant des périodes de 15 à 30 minutes. Dans le cas du téléphone cellulaire, les effets résultant d’une exposition d’une partie du corps (p. ex., la tête) est sans doute le facteur le plus important. Pour l’exposition partielle du corps, une limite d’exposition correspondant à 20 fois cette valeur a été acceptée, soit 1,6 W/kg par gramme de tissu. Foster and Glaser (2007) have reviewed thermal mechanisms of interaction of RF energy with biological sytems.

Effets thermiques :
Dans les autres juridictions les limites d'exposition sont basées sur la prévention d'une augmentation excessive de la température corporelle ou une augmentation locale de la température dans le cas d'une exposition partielle du corps, une augmentation excessive de la température du corps pouvant causer des effets négatifs. On assume que lorsqu'il y a exposition partielle du corps, les effets peuvent être modifiés par la perte de chaleur par les parties non exposées.
Ziskin (2002) a revu l'aspect médical de l'exposition extrême aux rayonnements RF.

Les bases biologiques de la limitation de l'exposition RF se retrouvent dans des documents scientifiques détaillés produits par différents groupes scientifiques nationaux et internationaux. Les standards employés au Canada sont énoncés dans le Code de sécurité 6, publié en 1991 et révisé en 1999. Le Code spécifie les limites d'exposition aux champs RF pour les fréquences de 10 kHz à 300 GHz. M. Stuchly (1987) a révisé les données scientifiques sur lesquelles le Code se base et les raisons des clauses spécifiques. On peut les résumé comme ceci :

  • Les limites du champ électrique, du champ magnétique et de la densité de puissance sont prescrites pour protéger les humains contre les effets directs de l'exposition aux champs RF et sont basées sur les DAS; elles sont établies à un niveau qui est inférieur, par un facteur de 10, au seuil présentant une possibilité d'effets néfastes pour la santé des personnes exposées à ces champs dans leur milieu de travail quotidien.
  • Des limites supplémentaires aux fréquences de 10 kHz à 30 MHz sont établies pour les courants de contact afin d'éviter les chocs et les brûlures; ces limites se fondent sur des données expérimentales obtenues chez des humains.
  • Un facteur de sécurité additionnel de cinq a été ajouté afin d'établir des limites plus basses pour le grand public et de tenir compte de la durée d'exposition et des risques de sensibilité plus grands à l'exposition aux champs RF pour certaines personnes, comparativement à des travailleurs bien portants;
  • Les limites du DAS correspondant aux effets nuisibles d'une exposition à un champ lointain sont estimées à 1 à 4 W/kg pour la moyenne de l'organisme entier. On obtient ainsi une limite du DAS moyen pour tout le corps de 0,08 W/kg pour le grand public, et de 0,4 W/kg pour les travailleurs exposés aux champs RF. Les limites précitées ne s'appliquent qu'aux fréquences supérieures à 3 MHz.
  • En deçà de 100 kHz, les DAS sont beaucoup plus bas, et les ratios des densités du courant induit maximum et des densités du courant causant une stimulation des tissus servent de nouvelles limites; de cette manière, les limites des champs électriques et magnétiques ne sont pas liées à l'impédance de l'onde plane uniforme.
  • Pour les valeurs situées entre 100 kHz et 3 MHz, aucune justification biophysique n'est invoquée. Les limites fixées d'exposition aux champs électriques (et magnétiques) correspondant à cette bande de fréquences sont représentées par une ligne droite.
  • Les limites du DAS pour l'exposition de parties du corps sont fondées principalement sur des estimations ou sur des " jugements scientifiques " eux mêmes fondés sur des valeurs moyennes du DAS pour tout le corps et sur des données pour l'œil tirées d'un rapport expérimental unique.

Le Code de sécurité 6 s'applique aux employés des ministères et des organismes fédéraux. Il a également été adopté par Industrie Canada aux fins de la délivrance des permis d'exploitation d'installations RF.

Paramètres contrôlés
Le Code de sécurité 6 exige que l'on procède à des études de la sécurité du rayonnement RF afin de déterminer la conformité d'un appareil ou d'une installation aux normes recommandées de performance et d'exposition du personnel. Ces études ne sont obligatoires que lorsque les installations nouvelles ou modifiées sont capables de dépasser les limites précisées dans le Code. Certaines installations et certains appareils ont une puissance de rayonnement suffisamment basse et sont localisés de telle sorte que les ondes RF produites dans les lieux accessibles au public sont très inférieures aux limites prescrites par le Code. Les stations de base de la téléphonie cellulaire, lorsqu'elles sont installées sur des tours ou d'autres structures qui empêchent les gens d'atteindre l'antenne, constituent d'excellents exemples d'une installation RF produisant des niveaux de radiofréquences largement inférieurs aux limites prescrites.

Pour plus d'infromation:
Health Canada. Safety Code 6 (2009): Limits of human exposure to radiofrequency electromagnetic fields in the frequency range from 3 kHz to 300 GHz. Ottawa: Health Canada, 1999. http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/radiation/radio_guide-lignes_direct-fra.php


Stuchly MA. Proposed revision of the Canadian recommendations on radiofrequency-exposure protection. Health Physics 1987;53:649-665.


Foster KR, Glaser R: Thermal mechanisms of interaction of radiofrequency energy with biological systems with relevance to exposure guidelines. Health Phys 2007;92:609-620.

Les normes en vigueur dans plusieurs autres pays - par exemple, les États-Unis, le Royaume-Uni, d'autres pays de la Communauté européenne, l'Australie et le Japon - utilisent des limites très semblables à celles prescrites par le Code de sécurité 6 du Canada. Roy and Martin (2007) point out that Eastern European countries differ in their approach from those that follow the IEEE and ICNIRP standards, in that they aim to protect against non-thermal effects caused by chronic, low-level exposure.

Les normes qui limitent l'exposition aux radiofréquences en champ lointain sont pertinentes pour la réglementation de l'emplacement des antennes des stations de base de la téléphonie mobile (Elder et al., 1992; CENELEC, 1995; FCC, 1996; Santé Canada, 1991; CIPRNI, 1996; IEEE, 1991; NRPB, 1993).

Des normes limitant l'exposition aux radiofréquences en champ proche (p. ex., limites du DAS localisées) ont également été établies au cours des récentes années (FCC, 1996; CIPRNI, 1996, 1998). La CIPNRNI recommande une limite localisée moyenne du DAS de 10 W/kg sur toute masse de tissus céphaliques de 10 grammes pour les travailleurs exposés, et une valeur moyenne de 2 W/kg sur toute masse de tissus céphaliques de 10 grammes pour les personnes exposées du grand public. Les limites du DAS localisées ne risquent pas d'être dépassées en conditions normales d'utilisation.

Références:
Elder JA, Czerski A, Stuchly MA, Mild KH and Sheppard AR Radio-frequency radiation. Nonionizing Radiation Protection, 2nd Edition, WHO Regional Publications, 1992, ISBN 92 890 1116 5.

Federal Communication Commission. Effects of Radiofrequency Radiation. [ET Docket No. 93-62] Federal Communication Commission, Washington, DC, 1996.
International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP). Health issues related to the use of hand-held radiotelephones and base transmitters. Health Phys 1996;70(4):587-593.

International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection (ICNIRP). Guidelines for limiting exposure to time-varying electric, magnetic, and electromagnetic fields (up to 300 GHz). Health Phys 1998;74:494-522.

International Electrical and Electronic Engineering Organization (IEEE). IEEE Standard for safety levels with respect to human exposure to radio frequency electromagnetic fields, 3kHz to 300 GHz, sponsored by IEEE Standards Coordinating Committee 28 on Non-Ionizing Radiation Hazards, IEEE C95.1-1991.

National Radiological Protection Board (NRPB). Restrictions on human exposure to static and time varying electromagnetic fields and radiation. United Kingdom, 1993. Doc. NRPB 4; No. 5:7-63.

Lin JC (2004): Current standards and their bases for safe human exposure to radio-frequency radiation. Radio Science Bulletin 309:50-52. (This is available at www.ursi.org)

 
 
Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations