f


     
 
Avril - Mai 2011

Concordance modérée entre l’usage autodéclaré du téléphone cellulaire et l’usage établi à partir des relevés de facturation des exploitants de réseau

L’objectif principal de cette étude pilote était de comparer l’usage autodéclaré du téléphone cellulaire à l’usage établi à partir des données des exploitants de réseau. Au total, 891 sujets invités (17 %) à prendre part à l’étude ont accepté d’y participer. Les résultats indiquent que la concordance entre les données autodéclarées et les données des exploitants de réseaux au sujet de la durée des appels diminue parallèlement au niveau d’utilisation chez les utilisateurs modérés et les grands utilisateurs du téléphone cellulaire. Les auteurs concluent que la concordance entre ces données est modérée et que les participants surestiment souvent la durée d’utilisation.

Heinavaara, S., K. Tokola, P. Kurttio et A. Auvinen. « Validation of exposure assessment and assessment of recruitment methods for a prospective cohort study of mobile phone users (COSMOS) in Finland: a pilot study », Environ Health, 8 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »
Résumé>

Sommaire Complet>



Aucune donnée n’établit de lien entre l’usage prénatal du téléphone cellulaire et les retards dans le développement moteur, cognitif ou langagier

Les auteurs de cette étude voulaient déterminer si l’usage prénatal du téléphone cellulaire par les femmes enceintes était associé à des retards du développement chez les enfants jusqu’à l’âge de 18 mois. Les données ont été recueillies de la cohorte nationale de naissance du Danemark (DNBC) et ont porté sur des femmes enceintes entre 1996 et 2002. Les indicateurs du développement à 6 mois et à 18 mois ont été évalués sur la base d’entrevues téléphoniques réalisées avec les mères. Les résultats indiquent que moins de 5 % des enfants présentaient des retards dans le développement cognitif, langagier ou moteur à 6 ou 18 mois. Les auteurs concluent que cette étude n’a établi aucun lien entre l’usage prénatal du téléphone cellulaire et des retards dans le développement moteur, cognitif ou langagier.

Divan, H.A., L. Kheifets et J. Olsen. « Prenatal cell phone use and developmental milestone delays among infants », Scand J Work Environ Health, 14 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »
Résumé>

Sommaire Complet>


Association possible entre l’usage du téléphone cellulaire et les tumeurs épithéliales malignes de la parotide

Cette étude rétrospective cas-témoin avait pour but d’examiner le lien entre l’usage du téléphone cellulaire et le risque de tumeurs épithéliales malignes de la parotide. Un nombre total de 136 cas et de 2 051 témoins ont été recrutés entre 1993 et 2010 au département de chirurgie buccale et maxillofaciale. Les résultats obtenus par analyses logistiques montrent dans l’ensemble qu’aucun lien significatif n’a été établi entre l’usage du téléphone cellulaire et l’apparition de tumeurs épithéliales malignes de la parotide. Les auteurs notent toutefois que leurs résultats semblent indiquer une possible relation dose-effet entre l’usage du téléphone cellulaire et les tumeurs épithéliales malignes de la parotide et que d’autres études prospectives importantes devront être menées pour confirmer la signification de ces résultats.

Duan, Y., H.Z. Zhang et R.F. Bu. « Correlation between cellular phone use and epithelial parotid gland malignancies », Int J Oral Maxillofac Surg, 5 avril 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »
Résumé>

Sommaire Complet>


Des résultats indiquent que certains effets auparavant attribués aux RF pourraient être dus à des variables confusionnelles
L’objectif de cette étude était d’évaluer si les résultats de deux récentes expériences pouvaient être attribués aux champs de radiofréquences (RF) ou à d’autres variables confusionnelles. Pour cette étude, deux téléphones cellulaires standards ont été fixés sur les deux côtés de la tête de 29 sujets mâles droitiers, répartis en deux groupes. On a ensuite demandé aux sujets d’exécuter une tâche faisant appel à la mémoire de travail spatiale – en l’occurrence une réponse de la main gauche ou de la main droite à la suite d’une exposition à gauche ou à droite. Contrairement aux protocoles utilisés pour des études précédentes, les antennes extérieures pour cette étude ont été reliées aux téléphones cellulaires et placées loin des sujets. Ce type de montage empêche toute émission de RF par l’antenne intérieure et réduit donc considérablement l’exposition aux RF. Cette étude montre que, même en plaçant les antennes extérieures loin des sujets, les résultats obtenus ont été comparables à ceux d’études antérieures. Les auteurs concluent donc que certains effets observés précédemment pourraient en fait être dus à des variables confusionnelles (réchauffement non dû aux RF, champs magnétiques de basse fréquence produits par des courants électriques).

Hareuveny, R., I. Eliyahu, R. Luria, N. Meiran et M. Margaliot. « Cognitive effects of cellular phones: A possible role of non-radiofrequency radiation factors », Bioelectromagnetics, 12 avril 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Fonctions cognitives »
Résumé>

Sommaire Complet>


L’usage intensif à long terme du téléphone cellulaire pourrait altérer les fonctions auditives

Cette étude avait pour but d’évaluer et de comparer les changements dans les fonctions auditives (troubles de l’oreille interne et de l’audition centrale) à la suite d’une exposition chronique aux champs de radiofréquences (RF) émis par des téléphones cellulaires GSM (Global System for mobile Communications) et CDMA (Code Division Multiple Access). Les paramètres des fonctions auditives ont été évalués chez 125 sujets – des utilisateurs de longue date du téléphone cellulaire – et 58 témoins. Les variations des divers paramètres ont été étudiées dans l’oreille sur laquelle étaient placés les appareils GSM et CDMA et dans l’autre oreille, ainsi que dans les oreilles correspondantes des témoins, pour déterminer les effets de l’exposition au champ électromagnétique. Les résultats indiquent un risque beaucoup plus élevé de suppression des émissions oto-acoustiques évoquées par produit de distorsion (EOPD) chez les utilisateurs des appareils GSM et CDMA que chez les témoins. L’usage du téléphone cellulaire pendant trois ans et plus a aussi été considéré comme un facteur de risque. Les auteurs concluent que l’usage intensif prolongé des téléphones cellulaires GSM et CDMA pourrait endommager la cochlée et le cortex auditif.

Panda, N.K., R. Modi, S. Munjal et R.S. Virk. (2011). « Auditory changes in mobile users: is evidence forthcoming? » Otolaryngol Head Neck Surg, 144(4): 581-5.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Autres – Ouïe »
Résumé>

Sommaire Complet>


Une étude montre que l’usage du téléphone cellulaire nuit à la qualité des spermatozoïdes

Cette étude avait pour but d’évaluer les effets de l’usage du téléphone cellulaire sur plusieurs paramètres des spermatozoïdes. Le sperme de 2 110 hommes a été analysé afin d’en déterminer le taux de testostérone libre (T), d’hormone folliculostimulante (FSH), d’hormone lutéinisante (LH) et de prolactine (PRL). L’usage du téléphone cellulaire a été noté et les sujets ont été répartis en deux groupes, comme suit : utilisateurs et non-utilisateurs d’un cellulaire. Les résultats indiquent des différences significatives dans la morphologie des spermatozoïdes entre les deux groupes, mais aucune différence significative en ce qui a trait au dosage de la FSH et de la PRL. Selon les auteurs, leurs résultats indiquent que l’usage du téléphone cellulaire a des effets négatifs sur la qualité des spermatozoïdes.

Gutschi, T., B. Mohamad Al-Ali, R. Shamloul, K. Pummer et H. Trummer. « Impact of cell phone use on men's semen parameters », Andrologia, 28 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – Autres – Reproduction »
Résumé>

Sommaire Complet>


Une étude sur les CEM-RF modulés par impulsions corrobore des changements dans l’EEG de sommeil

Cette étude visait à déterminer si les champs électromagnétiques (CEM) modulés par impulsions dans la plage des fuseaux du sommeil peuvent altérer l’EEG de sommeil. Pour cette étude, 30 jeunes hommes en bonne santé ont été soumis, juste avant de s’endormir, à une exposition hebdomadaire d’une durée de 30 minutes, selon l’un des trois scénarios d’exposition suivants : CEM-RF de 900 MHz modulés par impulsions (1) de 14 Hz ou (2) de 217 Hz et (3) exposition fictive. Les résultats indiquent que la puissance électroencéphalographique a été plus élevée durant le sommeil paradoxal (2e épisode) après l’exposition avec modulation par impulsions de 14 Hz (gamme des fuseaux du sommeil). Aucun effet sur la performance cognitive, dû aux scénarios d’exposition, n’a été observé. Les auteurs concluent que leurs résultats indiquent eux aussi que les CEM-RF modulés par impulsions altèrent la physiologie du cerveau. La période à laquelle s’observent ces effets varie toutefois d’une étude à l’autre.

Schmid, M.R., S.P. Loughran, S.J. Regel, M. Murbach, A. Bratic Grunauer, T. Rusterholz, A. Bersagliere, N. Kuster et P. Achermann. « Sleep EEG alterations: effects of different pulse-modulated radio frequency electromagnetic fields », J Sleep Res, 12 avril 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Clinique – EEG »
Résumé>

Sommaire Complet>


Des données indiquent une grande variabilité dans l’exposition individuelle aux RF selon le jour de la semaine
Cette étude de validation visait à déterminer la variabilité de l’exposition individuelle aux champs de radiofréquences (RF) selon le jour de la semaine. Les données ont été obtenues d’une étude existante basée sur une population et portent sur un échantillon aléatoire formé de 34 personnes ayant porté un exposimètre individuel pendant sept jours consécutifs. Les résultats indiquent une variabilité statistiquement significative de l’exposition individuelle aux RF selon le jour de la semaine. Les différences observées ont toutefois été relativement faibles. Selon les auteurs, leur étude laisse croire que le jour de la semaine pourrait être un bon prédicteur de l’exposition personnelle aux RF, mais ces résultats devront être reproduits par des études de plus grande envergure.

Viel, J.F., M. Tiv, M. Moissonnier, E. Cardis et M. Hours. (2011). « Variability of radiofrequency exposure across days of the week: A population-based study », Environ Res, 111(4): 510-3.

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Évaluation d’exposition »
Résumé>

Sommaire Complet>


Les champs électromagnétiques causent un stress oxydatif dans le cœur des rats
Les auteurs de cette étude ont examiné les effets d’une exposition électromagnétique (EM) de 2,45 GHz sur les changements oxydants/antioxydants dans le cœur des rats, ainsi que les effets protecteurs possibles de la L-carnitine et du sélénium. Les résultats montrent qu’une exposition EM de 2,45 GHz a causé un stress oxydatif dans le cœur des rats. Un effet protecteur a été associé au sélénium et à la L-carnitine.

Türker, Y., M. Nazıroğlu, N. Gümral, O. Celik, M. Saygın, S. Cömlekçi et M. Flores-Arce. « Selenium and L: -Carnitine Reduce Oxidative Stress in the Heart of Rat Induced by 2.45-GHz Radiation from Wireless Devices », Biol Trace Elem Res, 1er mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Radicaux libres »
Résumé>


Les rayonnements électromagnétiques induisent un stress oxydatif dans les tissus du cœur, des poumons, des testicules et du foie
Les auteurs de cette étude ont examiné les dommages oxydatifs en étudiant la peroxydation des lipides (malonaldéhyde, MDA) et les taux d’oxydes d’azote (NOx) et de glutathion (GSH) qui sont des indicateurs de la toxicité tissulaire. Les résultats montrent que les RF modulées par impulsions causent des lésions oxydatives dans les tissus du foie, des poumons, des testicules et du cœur sous l’effet de la peroxydation des lipides, de l’augmentation des taux de NOx et de la suppression du mécanisme de défense antioxydante.

Esmekaya, M.A., C. Ozer et N. Seyhan. (2011). « 900 MHz pulse-modulated radiofrequency radiation induces oxidative stress on heart, lung, testis and liver tissues », Gen Physiol Biophys, 30(1): 84-9.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Radicaux libres »
Résumé>

Les micro-ondes pourraient promouvoir l’apoptose des cellules A549
Les auteurs de cette étude ont examiné les effets des micro-ondes sur l’induction de l’apoptose dans la lignée A549 de cellules humaines de cancer du poumon, en vue d’en étudier les effets sur l’apoptose. Ils concluent que les micro-ondes peuvent promouvoir l’apoptose des cellules A549, l’effet variant en fonction de la durée et de la dose des rayonnements.

Song, X.L., C.H. Wang, H.Y. Hu, C. Yu et C. Bai. (2011). « Microwave induces apoptosis in A549 human lung carcinoma cell line », Chin Med J (Engl). 124(8): 1193-8.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Résumé>


Induction d’une réponse d’adaptation dans les lymphocytes humains exposés à des champs de radiofréquences
Les auteurs de cette étude ont examiné les effets du cycle cellulaire sur la réponse adaptative induite par l’exposition de lymphocytes humains à des champs de radiofréquences (RF). Leurs résultats confirment les observations d’une étude précédente, qui avait révélé une réponse d’adaptation dans des lymphocytes humains exposés à une dose adaptative de RF durant la phase S du cycle cellulaire, et ils laissent croire que la période d’exposition aux RF joue un rôle important dans l’induction de la réponse d’adaptation.

Sannino, A., O. Zeni, M. Sarti, S. Romeo, S.B. Reddy, M.A. Belisario, T.J. Prihoda, Vijayalaxmi, et M.R. Scarfì. « Induction of adaptive response in human blood lymphocytes exposed to 900 MHz radiofrequency fields: Influence of cell cycle », Int J Radiat Biol, 11 mai 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Progression du cycle cellulaire »
Résumé>

Sommaire Complet>


Effets physiologiques des champs de radiofréquences
Cette étude sur le protozoaire Paramecium caudatum a comparé les effets observés en conditions normales à ceux observés lorsque le protozoaire était placé à côté d’un téléphone GSM en marche (900 MHz; 2 W). Les sujets exposés se sont déplacés plus lentement et en louvoyant plus qu’à l’habitude; leur physiologie avait été altérée.

Cammaerts, M.C., O. Debeir et R. Cammaerts. (2011). « Changes in Paramecium caudatum (Protozoa) near a switched-on GSM telephone », Electromagn Biol Med, 30(1): 57-66.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Autres études – Croissance et maturation »
Résumé>

Sommaire Complet>

 
Effets cancérogènes possibles des champs de radiofréquences
Cette étude examine les effets d’une exposition combinée à des champs radiofréquences (RF) CDMA et WCDMA sur l’apparition de lymphomes chez un modèle de souris prédisposées à ce type de cancer. Aucune différence n’a été observée dans le taux de survie final, l’incidence de lymphomes et l’incidence de splénomégalie entre les souris soumises à une exposition fictive et celles exposées à des radiofréquences.

Lee, H.J., Y.B. Jin, J.S. Lee, S.Y. Choi, T.H. Kim, J.K. Pack, H.D. Choi, N. Kim et Y.S. Lee. « Lymphoma development of simultaneously combined exposure to two radiofrequency signals in AKR/J mice », Bioelectromagnetics, 23 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Résumé>

Sommaire Complet>


Effets aigus chez les rats associés à l’exposition aux micro-ondes des téléphones GSM
Les auteurs de cette étude ont examiné les effets aigus associés à l’exposition aux micro-ondes produites par les téléphones cellulaires GSM chez des rats exposés à des rayonnements de 900 MHz d’une intensité comparable à celle des émissions des téléphones cellulaires. Les résultats montrent une activation du marqueur c-fos et du marqueur glial sous l’effet combiné de l’irradiation non thermique et de la toxicité de la picrotoxine sur les tissus cérébraux.

Carballo-Quintás, M., I. Martínez-Silva, C. Cadarso-Suárez, M. Alvarez-Figueiras, F.J. Ares-Pena et E. López Martín. « A study of neurotoxic biomarkers, c-fos and GFAP after acute exposure to GSM radiation at 900MHz in the picrotoxin model of rat brains », Neurotoxicology, 16 avril 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Fonctions cérébrales »
Résumé>

Sommaire Complet>


Réponses de l’ADN aux champs électromagnétiques
Cette étude avait pour  but d’examiner les réponses de l’acide désoxyribonucléique (ADN)  aux champs électromagnétiques (CEM) de différentes gammes de fréquences et de caractériser les propriétés de l’ADN en tant qu’antenne. L’ADN semble posséder les deux caractéristiques structurales des antennes fractales – la conductivité électronique et la symétrie interne. Ces propriétés contribuent à une plus grande réactivité de l’ADN en présence d’un CEM.

Blank, M. et R. Goodman. (2011). « DNA is a fractal antenna in electromagnetic fields », Int J Radiat Biol, 87(4): 409-15.

Pour plus de renseignements, voir « Recherches – Laboratoire – Cancer »
Résumé>

Sommaire Complet>


Revue d’études récentes examinant les effets biologiques des champs RF modulés

Cet article passe en revue les études publiées après 1998 sur les effets biologiques des champs de radiofréquences (RF) modulés. Les auteurs examinent les études ayant comparé les effets de champs RF modulés et non modulés (ondes entretenues), ainsi que les effets de divers types de modulations. Les résultats de cette analyse documentaire indiquent que la majorité des études publiées après 1998 ne font mention d’aucun effet spécifique de la modulation. Les auteurs relèvent toutefois quelques exceptions, notamment les effets sur le système nerveux central humain associés aux champs RF à modulation d’amplitude.

Juutilainen, J., A. Höytö, T. Kumlin et J. Naarala. « Review of possible modulation-dependent biological effects of radiofrequency fields », Bioelectromagnetics, 7 avril 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Bibliographie – Articles de synthèse – Général »
Résumé>


van Deventer, E., E. van Rongen et R. Saunders. « WHO research agenda for radiofrequency fields », Bioelectromagnetics, 14 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Programmes de recherche »
Résumé>

Morgan, L.L. Réponse de l’auteur à « Occupational and residential exposure to electromagnetic fields and risk of brain tumours in adults: A case-control study in Gironde, France », Int J Cancer, 11 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »

Baldi, I., G. Coureau, A. Gruber, V. Rondeau et H. Loiseau. « Re: Occupational and residential exposure to electromagnetic fields and risk of brain tumours in adults: A case-control study in Gironde, France », Int J Cancer, 11 mars 2011 (avant impression).

Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »

Agha-Hosseini, F. et D. Somayeh. (2011). « The influence of hand held mobile phone on human parotid gland secretion », Oral Dis, 17(1): 123; réponse de l’auteur 124.
Pour plus de renseignements, voir « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire »
Résumé>

 

Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations