1. Qu'est-ce que l'énergie électromagnétique ?
    L'énergie électromagnétique est composée d'ondes électriques et d'énergie magnétique qui rayonne dans l'espace et voyage à la vitesse de la lumière. Les zones où l'on retrouve ces ondes sont appelées champs électromagnétiques. La principale source d'énergie électromagnétique est le soleil, mais les sources fabriquées par l'homme comptent pour une bonne partie du rayonnement électromagnétique dans notre environnement quotidien. Les séchoirs à cheveux, les fours électriques, les lampes fluorescentes, les fours à micro-ondes, les chaînes stéréo, les téléphones sans fil et les ordinateurs produisent des champs électromagnétiques de différentes intensités.

  2. Comment se mesure l'énergie électromagnétique ?
    L'énergie électromagnétique se mesure en unités de longueur d'onde et de fréquence. La longueur d'onde est la distance parcourue en un cycle et se mesure en mètres. La fréquence est le nombre de cycle en une seconde son unité de mesure est le Hertz (Hz). Un cycle par seconde égale un Hertz. Un kilohertz (kHz) égale 1000 Hz; un megahertz (MHz) égale un million de Hz; un gigahertz égale un milliard de Hz. La fréquence d'une onde est inversement proportionnelle à sa longueur - à 50 Hz, la longueur d'onde est de 6000 km et à 100 MHz, elle est de 3 m. Les champs électromagnétiques sont arrangés selon leur fréquence et en ordre pour forme le spectre électromagnétique.

  3. Qu'est qu'un rayonnement RF ?
    Les champs RF (radiofréquence) font partie du spectre électromagnétique (EM). Le spectre EM est divisé en deux catégories : les bandes ionisantes et les bandes non ionisantes, dépendamment de comment les ondes agissent sur les tissus biologiques.

    La portion non ionisante du spectre, habituellement jusqu'à une fréquence de 300 GHz, n'affecte pas les tissus biologiques et inclus les bandes mégamétriques, les ondes radio et les micro-ondes dans les bandes de communication RF, les infrarouges et la lumière visible. La partie RF du spectre se définie normalement entre 30 kHz et 300 GHz. Les rayonnements RF sont principalement utilisés dans les télécommunications. Les téléphones mobiles utilisent des fréquences entre 800 MHz et 2GHz. Les fours à micro-ondes et certains traitements médicaux utilisent aussi l'énergie RF.

    La portion ionisante du spectre EM, composée de la lumière ultraviolet, des rayons gamma et des rayons X qui ont une très courte longueur d'onde, une très haute fréquence et une grande intensité, affecte les tissus biologiques. Les téléphones mobiles n'opèrent pas dans cette partie du spectre. Pour plus d'information consulter la section "Notions élémentaires ".

  4. Les lignes électriques produisent-elles des rayonnements RF ?
    Les ondes mégamétriques se situent entre 0 et 300 Hz et incluent les rayonnements des lignes électriques qui sont de 50/60 Hz. Les ondes mégamétriques proviennent aussi du filage électrique des bâtiments et des appareils électriques. Les radiofréquences se situent entre 30 kHz et 300 GHz. Les téléphones mobiles opèrent dans un rayon de 800 MHz à 2GHz. Ces différences de fréquence donnent différentes interactions avec les tissus. De puissants champs d'ondes mégamétriques peuvent produire une stimulation nerveuse et cellulaire. De puissants champs RF peuvent causer un réchauffement des tissus.

    L'OMS affirme que " les champs d'ondes mégamétriques ne peuvent agir sur des tissus vivants qu'en produisant des champs électriques et un courant dans les tissus. Toutefois, la magnitude du courant induit par exposition aux champs d'ondes mégamétriques à des niveaux normalement retrouvés dans l'environnement est moindre que les courants circulant normalement dans notre corps. " (WHO Fact Sheet 205).

    Des études épidémiologiques ont suggéré une association entre la leucémie chez l'enfant et le fait de demeurer près de lignes électriques ou d'être exposé à des champs magnétiques à la maison, mais on ne peut tirer de conclusion de ces découvertes.

  5. Les rayons X sont-ils pareils aux rayonnements RF ?
    Les rayons X contiennent assez d'énergie pour être ionisants, ce qui implique le bris des liens qui retiennent les molécules, créant ainsi des atomes positifs ou négatifs. Les rayons X ont donc le potentiel de détruire l'ADN, ce qui sert à construire les cellules. Une dose excessive de rayons X peut donc entraîner divers effets négatifs comme le cancer.


  6. Comment se mesurent les rayonnements RF ?
    La méthode utilisée dépend de si la source est proche ou éloignée de la personne exposée aux rayonnements. Lorsque la personne est éloignée de plusieurs longueurs d'ondes de la source, on utilise la densité de pouvoir. La densité de pouvoir est le taux d'énergie qui circule à travers une aire donnée et se mesure en watts par mètre carré. Lorsque la personne est près de la source RF, comme avec un téléphone sans fil près de la tête, on utilise le Débit d'absorption spécifique.

  7. Qu'est-ce que le Débit d'absorption spécifique ?
    L'énergie absorbée suite à l'exposition aux champs RF dans les fréquences utilisées par les téléphones mobiles se mesure avec le Débit d'absorption spécifique (DAS) dans les tissus. On le définit comme le taux d'énergie absorbée par unité de masse et il se mesure en watts par kilogramme.

    Le gouvernement ou les agences gouvernementales de pays indépendants ont établi le DAS maximal permit pour les téléphones sans fil. Pour plus d'information, consulter la section " Débit d'absorption spécifique ". Vous y trouverez un lien pour le site Web du forum du fabricant de téléphones mobiles. On retrouve également une section sur les inquiétudes reliées à la santé qui inclus des informations sur les DAS de plusieurs modèles de téléphones cellulaires.

  8. Quelles sont les limites sécuritaires des rayonnements RF chez l'humain ?
    Santé Canada a publié le Code de sécurité 6 en 1991. Ce code spécifie les limites d'exposition aux champs RF à des fréquences de 10 kHz à 300 GHz. La limite pour la population en général pour le corps est un DAS moyen de 0,08 W/kg. Les normes de sécurité de plusieurs autres pays comme les É-U, le RU, d'autres pays européens, l'Australie et le Japon recommandent des limites similaires à celles du code de sécurité 6. Pour plus de renseignements, consulter la section " Notions élémentaires - limites d'exposition".

  9. Les rayonnements RF ont-ils des effets biologiques ?
    Les rayonnements RF sont non ionisants, ce qui signifie qu'ils ne peuvent briser des molécules et endommager directement l'ADN, l'amas de molécules qui contient le bagage génétique de notre corps. Toutefois, à puissance élevée, les rayonnements RF peuvent pousser l'énergie à se convertir en chaleur, un concept utilisé dans les fours à micro-ondes. Même si les rayonnements non ionisants sont trop faibles pour causer des dommages au matériel biologique, ils peuvent causer des effets biologiques par la formation de mécanismes thermiques (le réchauffement des tissus). Les mécanismes thermiques sont bien connus et sont utilisés pour restreindre l'exposition aux champs RF au travail et en général. Lorsque le corps ou une partie du corps est suffisamment réchauffé par les champs RF, une diminution des capacités mentales, une opacité des yeux et différentes réponses physiologiques peuvent survenir.

  10. Les rayonnements RF sont-ils dangereux ?
    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que " même si les dangers reliés à l'exposition à des champs RF élevés ont été établis, aucun danger sanitaire connu n'a été associé à l'exposition à des sources émettant des champs RF trop bas pour causer une augmentation significative de la température des tissus. " Les effets biologiques reliés aux champs RF de très bas niveau requièrent une étude plus approfondie.

    Un groupe d'experts de la Société royale du Canada affirmait : " Jusqu'à présent, les études sur la santé humaine ont examiné la relation entre l'exposition à des champs RF et différents types de cancer, de problèmes reproductifs, d'anomalies congénitales, d'épilepsie, de maux de tête et le suicide. En général, ces études n'apportent aucune preuve d'effets négatifs sur la santé après exposition RF. Toutefois, les limitations des études publiées à ce jour, particulièrement la difficulté de déterminer la nature exacte de l'exposition que les personnes ont reçue, de plus amples recherches sur les champs RF et la santé humaines sont requises ".

    La commission scientifique indépendante britannique sur le téléphone cellulaire (Mai, 2000, page 3) affirme que " les autres preuves accumulées jusqu'à ce jour suggèrent que les rayonnements RF en dessous des limites du NRPB et de la CIPRNI ne causent pas d'effets négatifs sur la santé de la population en général."

  11. Les rayonnements RF causent-ils le cancer ?
    Plusieurs groupes d'experts ont donné leur avis sur le sujet. En 1996, la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (CIPRNI) a révisé les questions de santé reliées à l'utilisation du téléphone mobile et aux transmetteurs de base. Le rapport de la CIPRNI rapportait que les résultats d'études épidémiologiques et de laboratoire sur le cancer ne formaient pas une base suffisante pour limiter l'exposition humaine aux téléphones sans fil. Lors d'un séminaire international tenu à Munich en 1996 et commandité par l'OMS la CIPRNI et d'autres, les groupes d'experts ont conclu que " d'après la littérature scientifique actuelle, il n'existe aucune preuve convaincante que l'exposition RF raccourcisse la durée de vie humaine ou qu'elle produise ou favorise le cancer ".

    De plus, le groupe d'expert de la Société royale du Canada affirmait : " Le nombre de preuves et les limitations des études conduites à ce jour ne permettent pas de conclure que l'exposition aux champs RF, d'une intensité similaire à ceux produits par les appareils de télécommunications sans fil, contribue au développement de tumeurs ".

    Pour plus de détails sur le sujet, consulter les sections " Recherche - Toxicologique - Cancer" et "Recherche - Épidémiologie ".

  12. Les rayonnements RF causent-ils des dommages génétiques ?
    Le groupe d'experts de la Société royale du Canada affirme que " même si certaines recherches ont suggéré que les champs RF puissent endommager l'ADN, la plupart des études conduites jusqu'à maintenant dans ce domaine ont des résultats négatifs ".

    La commission scientifique indépendante britannique sur le téléphone cellulaire affirmait que " différents essais de génotoxicité n'ont pu démontrer clairement que les rayonnements RF sont génotoxiques à des niveaux non thermiques ".

    Pour plus de détails, consulter la section " Recherche - Toxicologique - cancer - génotoxicité ".

  13. Certaines personnes sont-elles hypersensibles aux champs électromagnétiques?
    Certaines personnes font état de symptômes qu’elles attribuent à l’exposition aux CEM. Ces effets, désignés hypersensibilité électromagnétique (HSEM), sont parfois suffisamment graves pour modifier sensiblement le mode de vie d’une personne. Les personnes qui en souffrent se plaignent d’une variété de symptômes non spécifiques, qui varient d’une personne à l’autre et qui incluent des symptômes généraux comme la fatigue et les étourdissements, ainsi que des symptômes cutanés, digestifs et autres. Les rapports d’hypersensibilité électromagnétique sont plus répandus dans les pays scandinaves que partout ailleurs dans le monde. Cependant, la grande majorité des études de provocation indiquent que les personnes atteintes de HSEM ne peuvent détecter l’exposition aux CEM avec plus de précision que les personnes non hypersensibles. Les participants à un atelier de l’OMS sur la HSEM, qui s’est tenu à Prague en 1994, sont arrivés à la conclusion suivante : « Ces symptômes ont une réalité certaine et peuvent être de gravité très variable. Quelle qu’en soit la cause, la HSEM peut être un problème  handicapant pour l’individu touché. Il n’existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire, ni base scientifique permettant de relier les symptômes de la HSEM à une exposition aux CEM ».
    Pour obtenir un aide‑mémoire sur la question, visitez le site Web de l’OMS à  www.who.int/mediacentre/factsheets/fs296/fr/index.html

    Le site Web du Committee on Man and Radiation de l’Institute of Electric and Electronic Engineers présente également un rapport utile sur l’hypersensibilité électromagnétique. Ce rapport peut être consulté à l’adresse http://ewh.ieee.org/soc/embs/comar/ ou en suivant les liens dans la rubrique « Liens ».

    Pour plus de renseignements sur ce sujet, voir la rubrique « Recherche - Clinique-Autres ».

  14. Qu'est-ce qu'un téléphone sans fil ?
    Un téléphone sans fil est une radio bidirectionnelle. Il comprend un récepteur et un transmetteur. Lorsqu'un usager fait un appel, le son de sa voix est converti en énergie de radiofréquence et est transmis à la station de base la plus proche. Le téléphone sans fil soumet donc l'usager à une petite quantité de radiofréquences, en raison de la courte distance entre le téléphone et la tête. Les téléphones sans fil sont aussi appelés téléphones mobiles parce qu'ils sont portables et ne requièrent ni fil ni câble comme les téléphones ordinaires. (Toutefois, ils diffèrent des " sans fil " reliés à une base connectée au système de téléphonie. Ces derniers opèrent à un niveau de puissance très bas). Les téléphones sans fil sont aussi appelés téléphones cellulaires pour des raisons expliquées au FAQ #2.

  15. Quelle puissance un téléphone sans fil produit-il ?
    Les anciens systèmes utilisaient un moyen analogique de transférer les informations. Ce moyen a graduellement été remplacé par des systèmes utilisant le transfert d'informations numérique. Cette méthode est utilisée avec les téléphones GSM (Global System for Mobile Communications). Ce standard est maintenant utilisé dans plusieurs parties du monde. En effet, ce moyen est également utilisé dans les téléphones mobiles SCP (Service de communications personnelles).La puissance maximale que les téléphones GSM peuvent émettre selon les normes présentes est de 2W (900 MHz) et 1W (1800 MHz). Toutefois, la puissance moyenne transmise par un téléphone n'est jamais plus du 1/8 de ces valeurs maximales (0,25 W and 0,125 W respectivement). (Independent Expert Group on Mobile Phones, page 31 -
    http://www.iegmp.org.uk/ ).

    Les téléphones sans fil opèrent dans de courtes distances entre la base du téléphone et le combiné du téléphone. La puissance moyenne émise est d'environ 0,01 W.

  16. Les téléphones sans fil ont-ils des effets dangereux pour l'humain ?
    La majorité des revues a conclu qu'il n'existe aucune preuve que les téléphones sans fil aient des effets négatifs. Toutefois, les revues concluent également que les rayonnements RF dans la gamme des sans fil peuvent produire des effets biologiques et que des recherches plus poussées sont nécessaires. Il est important de noter la différence entre les effets biologiques et les effets négatifs causés par l'exposition au champ EM. Les effets biologiques sont des changements détectables qui se produisent dans l'organisme, les tissus ou les cellules. Ils peuvent nuire à l'organisme ou non. Ils peuvent même être avantageux, comme le cas du soleil qui agit sur les cellules de la peau pour leur faire produire de la vitamine D. Les effets négatifs sont dangereux pour l'organisme et se produisent lorsque ce dernier ne peut compenser les effets biologiques.

  17. Les téléphones sans fil causent-ils le cancer du cerveau chez l'humain ?
    La relation entre les téléphones sans fil et le cancer du cerveau est discutée sous "Recherche - épidémiologie - études de téléphones cellulaires" Toutes les études, excepté celle de Hardell et ses collaborateurs, n'ont montré aucune association. L'étude de Hardell 2000 a révélé une faible augmentation du risque de tumeurs du côté où le téléphone est utilisé, mais ces résultats étaient basés sur un petit nombre de cas et n'étaient pas supportés par l'étude de Inskip and Muscat.

    Son étude réalisée en 2002, qui a mené à la publication de deux articles en 2002 et de deux autres en 2003, a donné des résultats similaires, à savoir aucun risque de tumeurs malignes mais un risque accru de tumeurs bénignes. Cette dernière conclusion était basée sur un risque accru de neurinome de l’acoustique, une conclusion qui n’a toutefois pas été corroborée par d’autres études.

    Le neurinome de l’acoustique, également désigné schwannome vestibulaire, est une tumeur bénigne et d’évolution lente du nerf auditif, dont l’incidence annuelle est de 1 à 20 par million d’habitants (Christensen, 2004). Cette tumeur se manifeste par une perte auditive, des étourdissements et de l’acouphène (bourdonnement dans les oreilles). Un certain nombre d’études ont examiné le lien entre l’apparition de cette tumeur et l’usage du téléphone cellulaire et leurs résultats sont résumés ci‑après. Cependant, la plupart de ces études sont basées sur un très faible nombre d’utilisateurs de 10 ans et plus. Par ailleurs, l’étude de Hardell est inhabituelle, en ce qu’elle note une augmentation du risque chez les usagers de cinq ans et plus. Les études sur le neurinome de l’acoustique sont résumées à la rubrique « Recherche – Épidémiologique – Études examinant expressément l’usage du téléphone cellulaire ».



  18. Les téléphones sans fil affectent-ils les fonctions cérébrales ?
    Des recherches suggèrent que les rayonnements RF dans la gamme des cellulaires pourraient avoir un subtil effet sur les ondes cérébrales comme vues sur l'électroencéphalogramme (EEG), le sommeil et les fonctions cognitives. Toutefois, les résultats ne sont pas constants. Il n'existe aucune preuve que les rayonnements RF dans la gamme des cellulaires aient des effets négatifs sur les fonctions cérébrales chez l'humain. Les effets des téléphones cellulaires sur les fonctions cérébrales demeurent donc un sujet qui requière des recherches plus poussées. Pour plus d'informations sur le sujet, consulter la section " Recherche - Clinique ".

  19. Les téléphones sans fil causent-ils des maux de tête ou autres effets sanitaires ?
    La liste des conséquences connue de l'utilisation d'un téléphone sans fil inclus les maux de tête, la perte de mémoire, la fatigue et autres symptômes subjectifs. Il n'est pas prouvé, pour aucun de ces symptômes, qu'ils soient attribuables aux champs EM produit par le téléphone sans fil. Des expériences n'ont pas été en mesure de démontrer une incidence accrue de ces symptômes chez des personnes exposées au champ EM d'un téléphone par rapport aux témoins exposés de façon fictive. Ces résultats ont même été observés dans une étude regroupant des sujets qui se disaient hypersensibles au champ EM. Pour plus d'informations, consulter la section " Recherche - Clinique- Autres ".

    Le site Web du COMAR (Committee on Man and Radiation) de l'IEEE (Institute of Electric and Electronic Engineers) contient un rapport utile sur l'hypersensibilité électromagnétique. On peut l'accéder au www.seas.upenn.edu/~kfoster/comar.htm ou par l'onglet "Liens ".

  20. Les enfants devraient-ils utiliser les téléphones sans fil ?
    Aucune recherche n'a pu prouver qu'il existe un risque particulier d'effets dangereux pour les enfants qui utilisent un sans fil. Plusieurs opinions se confrontent à savoir si oui ou non les enfants absorbent plus de rayonnement que les adultes. Dans son rapport de 2000, la commission scientifique indépendante britannique sur le téléphone cellulaire recommande toutefois de décourager l'utilisation étendue du sans fil pour les appels qui ne sont pas nécessaires. Ce n'est qu'une recommandation et le groupe reconnaît qu'elle ne se base sur aucune preuve scientifique de risque accru. D'un autre côté, le Conseil de santé des Pays-Bas, dans son rapport de 2002, affirmait " qu'il n'existait aucune raison pour recommander que l'utilisation des sans fil par les enfants soit le plus possible limitée ".

    This topic is also reviewed in the following paper: Lin JC. Mental process of children and mobile-phone electromagnetic fields. Radio Science Bulletin #316 (March ’06). This can be found at www.ursi.org

  21. Qu'est-ce qu'une station de base de téléphone sans fil ?
    Une station de base de téléphone sans fil reçoit et transmet les signaux radio dans une région donnée. On appelle chaque région une cellule, ce qui explique pourquoi les téléphone sans fil sont parfois appelés téléphones cellulaires. A mesure que l'usager se déplace, le signal radio passe d'une cellule à une autre, maintenant ainsi une bonne connexion. L'appel est envoyé au réseau local de téléphonie et acheminé par ligne téléphonique, en utilisant une antenne au sol, ou lorsque l'appel est acheminé à un autre téléphone cellulaire, par signal radio. Les stations de bases doivent être élevées, c'est pourquoi elles sont souvent situées sur des tours ou des toits. L'antenne peut être un pôle unique ou comme un rectangle.

  22. Quelle quantité de rayonnement une station de base produit-elle ?
    La puissance se mesure en watts et est environ 1000 fois inférieure à ce que produit un transmetteur télé. La puissance de rayonnement maximale produite à l'extrémité de l'antenne est de 60 watts. La densité de puissance radioactive (puissance) décroît rapidement avec la distance. Les stations de base ont un champ de rayonnement limité qui frappe le sol à une bonne distance de la tour d'antenne - habituellement entre 50 et 200 mètres de la base du mât. En dehors de ce champ, il n'y a aucun rayonnement.

    La puissance totale d'une station de base typique dépend du type d'antenne, du nombre de canaux en fonction au même instant et à leur puissance maximale et du gain de l'antenne qui dirige les signaux et leur donne leur puissance. La puissance est moindre lorsque l'usager est près de la station de base. Les stations de base sont donc placées près les unes des autres pour faciliter la communication entre la station de base et le téléphone.


  23. La station de base est-elle dangereuse pour les gens qui vivent près ?
    Des groupes d'experts indépendants de partout au monde affirment qu'il n'y a aucun risque pour le grand public vivant à proximité des stations de base. L'Organisation mondiale de la santé, par exemple, affirme : " Aucune des revues récentes n'a conclu que l'exposition aux champs RF des téléphones mobiles ou des stations de base avait des conséquences négatives sur la santé ".

    Un groupe d'experts de la Société royale du Canada affirme : " Il apparaît que l'exposition du grand public aux champs RF émis par les stations de base des télécommunications sans fil est suffisamment basse et qu'aucun effet biologique ou négatif n'est anticipé ".

    La commission scientifique indépendante britannique sur le téléphone cellulaire affirme : il n'existe aucun risque en général pour la santé des gens vivant à proximité des stations de base où l'exposition représente une fraction des lignes de conduite ".

    Au Canada, un sondage conduit dans cinq écoles de Vancouver à la suite d'inquiétudes des parents sur la sécurité a révélé des niveaux de rayonnements RF de beaucoup inférieurs aux limites établies. Au RU, le NRPB a pris des mesures dans 118 endroits publics situés près de stations de base et a découvert que l'exposition maximale représentait 0,023 % de leurs limites établies. En 2001, la Radiocommunications Agency, une agence gouvernementale au RU, a effectué une vérification des stations de base, principalement celles situées près d'écoles. La vérification comprenait 101 endroits et émissions enregistrées " généralement des milliers de fois inférieures " aux limites de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants.

  24. Qui réglemente le niveau de rayonnement émis par les stations de base ? Chaque pays a sa propre réglementation. Au Canada, Industrie Canada exige que chaque opérateur de transmetteur RF s'assure que le champ EM produit ne dépasse pas le maximum énoncé par le Code de sécurité 6. Aux É-U, la Federal Communications Commission (FCC) remplie cette fonction et aux RU, c'est le National Radiological Protection Board (NRPB) qui s'en occupe. Pour plus d'informations sur la réglementation des rayonnements EM dans votre pays, consulter le site Web de l'Organisation mondiale de la santé à la section Projet EMF International que l'on retrouve au http://www.who.int/peh-emf/fr/index.html . Suivre les liens jusqu'à la banque de données mondiale des standards EMF.


Accueil             Liens              Carte du site               Contacez-Nous
© Centre McLaughlin Centre d'évaluation du risque pour la santé des populations